Le bonheur au chalet

Trois jours passés au chalet avec Lucy, une grosse semaine restant en vue, une situation rare pour se trouver soi-même.
Quand Lucy était là, il fallait encore s’assurer à bien la nourrir. Comme obligation extérieure il ne me reste plus qu’un rapport pour la CoGes, peu de chose. Quant aux nécessité interne, se nourrir, se chauffer, se laver, elles sont minimales. Le temps et tout à moi; c’est la liberté, d’autant plus exigeante qu’elle me laisse seul pour la recevoir.
Pas moyen de tortiller il faut choisir et faire. La sanction tombe inéluctable.
Quelle chance, ce soir, c’est un bien-être rare.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *