J’ai tout mon temps mais pas tout le temps

Dur dur, la vie d’un retraité libre de tout choisir à tout instants. Michèle m’avait conseillée de consacrer la première année à apprendre le métier. Le conseil était bon mais largement insuffisant. Après 10 ans à constater chaque année que j’aurai dû être plus sévère dans mes choix et à promettre de faire mieux l’année suivante, je viens de faire un pas de plus en remarquant que je ne sais faire qu’une chose à la fois. Fadumo et Christine l’ont constaté bruyamment ; j’en tire une leçon.
Quelque soient les degrés de liberté de l’espace du possible, le chemin que j’y parcours ne peut avoir qu’une dimension : le temps.
Oui, j’ai tout mon temps pour toutes choses mais l’une après l’autre.
C’est bon quand on le sait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *