L’actualité sci. de Jacques en septembre 2020

J’espère que ce maigre envoi ne marque pas la fin de mes rapports mensuels parce qu’il est tellement fascinant de suivre la marche de la connaissance.

Par exemple, je vous ai souvent parlé ces derniers temps des extraordinaires phénomènes liés à la physique à deux dimensions – les films de graphène en particulier. J’entendais l’autre jour la rumeur d’un moteur étrange dont le principe serait le suivant. Le mouvement brownien est la forme ultime de la dégénérescence de l’énergie. Dans un volume (trois dimensions), chaque particule porte trois unités d’énergie thermique (3 x1/2 x kT). On ne peut rien en tirer. Quelle est l’énergie du mouvement brownien dans un film de graphène ? 2 x 1/2 x kT, j’imagine. Une rumeur court qu’il serait possible de faire couler l’énergie du mouvement brownien 3-dimensionnel dans un système à 2 dimensions, libérant ainsi ½ x kT pour faire quelque chose. 

Je serais bien triste de ne plus trouver le temps et les éclaircissements qui me permettent de découvrir la suite de cette aventure – et de bien d’autres.

Pourtant l’état de la vie et du climat m’inquiète beaucoup. Récemment, avec un ami, nous concluions un projet d’article sur l’origine de l’échauffement climatique en remarquant que le fond du problème réside dans la croissance de la consommation des combustibles fossiles. C’est cette croissance qu’il faut comprendre. La réponse se cache sans doute dans notre système économique et dans la nature humaine. C’est plus compliqué que le graphène et j’y suis bien moins à l’aise.

Pourtant, je m’efforce d’y faire quelques progrès.

C’est, principalement, pour cette raison que mes rapports scientifiques maigrissent dangereusement. Je n’ai quand même pas l’intention de les abandonner.

03.09.20 Nature 585, 7823

CORONAVIRUS, LETALITE

-16-17. Quelques chiffres bien substanciés sur la létalité. 

Dans nos pays, le rapport infection/mortalité (RIM ‰) est proche de zéro pour les moins de 50 ans. En Angleterre, il vaut 116 pour les plus de 75. À Genève il vaut 5,6 pour les plus de 65 ans. En gros, il est 2,5 fois plus élevé pour les hommes que pour les femmes. En Angleterre, le RIM des populations noires ou asiatiques est significativement plus élevé que pour les gens d’origine européenne. 

On se focalise beaucoup sur les morts, mais les dégâts durables induits à la santé par la maladie ne doivent pas être oubliés. Ils sont importants. 

MONDIALISATION, AGRICULTURE, BIODIVERSITÉ, ÉCOLOGIE, RÉSEAUX GLOBAUX

-74 – 78. Comment la transformation du monde influence-t-elle la relation entre les plantes et les espèces qui s’en nourrissent ? E.C. Fricke et J.-C. Svenning.

En quoi la mondialisation de l’agriculture et des transports influence-t-elle les réseaux globaux de l’écologie ? L’article se base sur une masse de données qui s’étendent sur jusqu’à 75 ans incluant 1600 animaux, 3200 plantes combinées en 24’000 paires. La conclusion est que les espèces introduites interagissent de manière disproportionnée avec les autres espèces introduites. (C’est entre étrangers que se développent les meilleures ententes.) Ce processus favorisera l’homogénéisation des écosystèmes. La perturbation par un envahisseur risque d’en être accélérée au détriment de la résilience des écosystèmes. Bref, les espèces envahissantes sont dangereuses. 

Fricke, E. C., & Svenning, J. C. (2020). Accelerating homogenization of the global plant-frugivore meta-network. Nature, 585(7823), 74-78. doi:10.1038/s41586-020-2640-y

MITOSE FERMÉE, ENVELOPPE NUCLÉAIRE, DÉSASSEMBLAGE

-119-123. La mitose fermée nécessite le désassemblage local de l’enveloppe nucléaire. G. Dey et col. Les biologistes

La mitose que tout le monde connaît implique la disparition de la membrane nucléaire et la disparition apparente du noyau. Il existe pourtant des organismes, pas si rares, par exemple la levure S pombe, dont la membrane ne disparaît pas à la mitose. Le noyau prend alors la forme d’un haltère dont les deux moitiés sont connectées par un fin tube nucléoplasmique qui se casse à l’achèvement de la mitose. L’article montre que ce processus localisé de séparation fait appel aux mêmes protéines que celles de la mitose classique, en particulier, celles qui déterminent la démolition des pores nucléaires. Les deux processus ne sont donc pas si différents l’un de l’autre. 

Dey, G., Culley, S., Curran, S., Schmidt, U., Henriques, R., Kukulski, W., & Baum, B. (2020). Closed mitosis requires local disassembly of the nuclear envelope. Nature, 585(7823), 119-123. doi:10.1038/s41586-020-2648-3

24.09.20 Nature 585, 7826

GLACIER, ANTARCTIQUE, FONTE

-538 – 543. L’hystérèse de la calotte antarctique 

Jusqu’il n’y a pas très longtemps, les négationnistes du climat faisaient grand cas du fait que beaucoup des données disponibles ne mettaient pas en évidence une nette diminution de la calotte antarctique. Aujourd’hui, ils seraient bien en peine de motiver sérieusement leurs biais rassurant, car les données qui démontrent l’instabilité de ce continent s’accumulent. Il faut toutefois dire que la calotte antarctique est une masse considérable dans l’environnement le plus froid sur Terre. Si elle fond complètement, le niveau global des océans montera de 68m, sans compter la dilatation thermique. Pour vraiment comprendre son avenir, il faut lui donner le temps, plus que le temps des 1,5° ou 2° globaux qu’on prétend ne pas vouloir dépasser et plus aussi que celui de la fin du siècle qui limite l’essentiel des prévisions du GIEC. 

Les modélisations de cet article s’étendent d’une situation quasi statique dans laquelle la variation globale de température est de 1° par 10’000 ans à celle, dix fois plus rapides (1°/1000 ans), représentatives du pic des grandes glaciations et déglaciations du quaternaire. Pour que le gros de la calotte fonde, il faudra un gros échauffement pendant longtemps. La moitié aura fondu quand l’échauffement atteindra 6° et elle aura presque disparu à 10°. Le point sur lequel insiste cet article, c’est que, après une période de réchauffement, une période comparable de refroidissement ne restaurera pas si vite la situation initiale. 

Si l’humanité créatrice parvient à faire revenir la concentration en GES de l’atmosphère à celle d’avant l’époque industrielle, les calottes glaciaires mettront bien plus de temps pour revenir que ce qu’il leur a fallu pour fondre.

L’Anthropocène est initié à l’échelle temporelle humaine, mais il marquera la Terre à l’échelle géologique. 

Garbe, J., Albrecht, T., Levermann, A., Donges, J. F., & Winkelmann, R. (2020). The hysteresis of the Antarctic Ice Sheet. Nature, 585(7826), 538-544. doi:10.1038/s41586-020-2727-5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *