Archives par mot-clé : big data

Nature et autres lectures scientifiques de Jacques en janvier 2017

 

La livraison de ce mois contient peut-être quelques articles difficiles. Pourtant, plusieurs sont splendides. J’ai pris un plaisir particulier à ceux-ci:

19.01.17. Génomique des migrations humaines. On disait que nos méchants ancêtres ont éliminés, vite fait bien fait, leurs cousins néanderthaliens et denisovans. Ce n’est en tous cas pas complètement vrai. Ils ont au moins un peu frayés ensemble, peut-être même se sont-ils simplement mélangés. Nous en sommes les descendants, probablement à notre grand avantage.

26.01.17. Pour pusieurs d’entre nous, les bactériophage ont été une grande affaire. Nous avions aimé le « Genetic switch » de Ptashne qui montrait comment le bactériophage lambda choisit son parcours de vie. Ici, même problème, non pas au niveau de l’individu mais à celui de la population. Ensemble ils sont plus malins que tout seuls; leur truc est révélé.
26.01.17. Le fonctionnement du ribosome. Trois articles pour montrer comment le ribosome encrassé est débloqué. C’est de la chimie par cryo-microscopie électronique. Impressionnant!

Continuer la lecture de Nature et autres lectures scientifiques de Jacques en janvier 2017

Servage digital

Cette année, du 14 au 16 octobre, le colloque d’Academia Engelberg avait pour objet « Les systèmes économiques du futur ». J’ai trouvé médiocre et d’un étonnant manque de souffle. Le président d’Avenir Suisse était lamentable, le président d’Économie Suisse était « sachlich » et intéressant, mais son message – ça va remarquablement bien chez nous, que faire pour que ça continue – était un peu court par rapport aux ambitions du colloque. Quant à la bande de théoriciens académiques, je n’ai pas compris grand-chose à ce qu’elle voulait dire. Notons que parmi les 13 conférenciers, il n’y avait pas une femme. Il faut le faire!

Pour moi, une seule présentation sortait du lot: Hennes Grassegger, un jeune économiste-journalise, auteur d’un récent pamphlet en forme de manifeste dénonçant le servage dans lequel nous enferme l’hydre de l’économie digitale. J’ai passé la soirée au Titlis avec lui. Il est gonflé, mais diablement intéressant. Grassegger, H., Das Kapital bin ich. Schluss mit der digitalen Leieigenschaft! 2015, Zurich, Berlin: Kein & Aber. Essayons d’y voir clair. Continuer la lecture de Servage digital